Assemblée du 1er avril 2009

Résolution du Parti socialiste lausannois concernant le commerce lausannois et le projet City Management

Le PSL a toujours soutenu le développement économique et une activité commerciale forte à Lausanne. Créateurs d'emplois, le tissu économique génère aussi de recette fiscales au même titre qu'ils participent à la vitalité du centre ville.
Concernant plus précisément les commerces de détail, le PSL défend la ville comme lieu d'achat face aux centres commerciaux de périphérie, notamment pour tout ce qui est du ménage courant. Le maintien du commerce au centre-ville et dans les quartiers doit doit cependant être pensé dans le cadre d'une réflexion intégrant les dimensions d'aménagement du territoire ainsi que de politique des transports et du stationnement.

Projet City Management: rappel

Accepté par le Conseil communal en janvier 2007, le projet City management visait le retour d'une partie du commerce au coeur de la ville à travers des animations combinant activités de loisirs et activités commerciales. Son financement devait dépendre d'une taxe prélevée à titre de charge de préférence sur le commerce lausannois et par une contribution de la Ville de 400'000 francs. Au moment de traiter le dit préavis, des garanties avaient été données par le syndic quant à l'acceptation de ce projet par les commerçants lausannois, prétendument consultés au préalable. Fort de ces affirmations, le groupe socialiste au Conseil communal vota dans sa grande majorité en faveur de ce projet.
En avril 2008, des commerçant lausannois firent aboutir une initiative intitulée "Pour une ville respectueuse de ses commerçants", demandant l'abolition du règlement "City management"

Faisant suite, la Municipalité a décidé de lancer une consultation auprès des milieux intéressés et des partis politiques en leur soumettant deux options. La première vise à aménager le dispositif actuel, notamment en diminuant la taxe à laquelle sont soumis les commerçants et à évaluer d'ici cinq ans la nécessité de son prélèvement. Cette option consisterait à soumettre au Conseil communal un contre-projet à l'initiative.
La deuxième reprend la demande des initiants, à savoir l'abrogation de la taxe, tout en maintenant le soutien aux commerces. Cette option poursuit sur la voie des actions de soutien au commerce mais en privilégient les actions individuelles. Si cette alternative devait âtre adoptée, une votation populaire ne serait plus nécessaire.

Position du Parti socialiste lausannois

Après avoir évalué les effets de ces deux propositions, le PSL se prononce en faveur de l'abrogation du règlement et la suppression de la taxe "City management", tout en défendant la vitalisation du commerce lausannois.

Cette décision s'appuie sur les points suivants:

  1. La ville peut maintenir la subvention de 480'000 fr. servant actuellement à financer les activités du bureau permanent de la Fondation "City management" ainsi que les actions d'intérêt général que celle-ci mène en faveur du commerce de détail.
    Le PSL estime que ces deux types d'activités sont nécessaires au commerce de détail à Lausanne. Cette fondation devrait en particulier suivre les but suivant:
    -   Veiller à une diversité de l'offre commerciale au centre-ville.
    -   Favoriser l'implantation de petites enseignes en ville et éviter que les grandes soient les seules à pouvoir occuper des locaux aux loyers extrêmement élevés.
    -   Orienter, de façon centralisée, les demandes émanant de ce secteur d'activité (ex: lien entre les commerçants et la ville, promotion de manifestations auprès des commerces, coordonner des animations organisées par des groupes de commerçants).
     

  2. La subvention de la Ville est conditionnée par une participation financière au moins équivalente des associations de commerçants.
    De la sorte, les commerçants, visiblement non convaincus par le principe de redistribution d'une taxe aux organisations faîtières, pourront s'organiser de façon volontaire et individuelle dans l'organisation d'évènements et d'animations.
    Dans ce cadre, le PSL souhaite que les actions collectives commerçantes par quartier soient encouragées et facilitées par le bureau permanent de la Fondation "City management" (diffusion d'informations, publicité, conseils et logistique).
     

  3. Concernant les actions à développer au centre-ville et dans les quartiers, le PSL souhaite que l'accent soit davantage mis sur des services auprès des utilisateurs et consommateurs au lieu de tout miser sur des animations purement commerciales dont les retombées ne semblent pas satisfaisantes (ex. lâcher de ballons, exposition de baby-foot, campagne sur les soldes d'été). Dans ce cadre, un partenariat  privé/public dans le but de livrer des achats à domicile pour les personne à mobilité réduite pourrait par exemple être développé.

Pour le PSL, d'autres pistes sont à envisager pour dynamiser et favoriser le commerce lausannois, telles que le changement du nom "City management" et recherche d'un nom en français par un concours public.