Monsieur Masserey,
 
 Je reviens au lâcher de ballons de samedi dernier, et aux cafouillages et problèmes occasionnés par cette fumisterie.
 
La presse s'est faite l'écho de l'agriculteur qui a eu la désagréable surprise de trouver des ballons dans champ, je ne vais pas m'étendre sur ce sujet.
En revanche, faire appel à des scouts, qu'on oblige à obéir, et qu'on instrumentalise donc pour une action qui vise moins à récolter des fonds contre le Noma qu'à faire entrer des " clients " dans les magasins m'apparaît plus contestable. Dépenser Frs. 50.000.- pour " ça " me fait frémir, sachant que si d'aventure les recours que j'ai déposés et l'initiative lancée contre le City Management étaient refusés, je devrais participer au financement d'opération pour lesquelles personne parmi les petits commerçants n'est consulté, et qui n'ont eu aucun impact sur les affaires, parce que programmés bien trop tard.
J'ai reçu dans mon magasin les jeunes qui se sont insurgés contre cette action et l'ont refusée. Je ne comprends pas que vous ayez pu faire appel à des scouts pour visiter les magasins. Messieurs Heim, Manuel, Pernet, Madame Fiora et consorts n'étaient-ils pas disponibles pour exécuter cette tâche ????
 
D'autre part, en consultant votre site, j'ai eu la désagréable surprise de constater que les deux journées de solderies officielles n'ont pas été rayées des projets planifiés pour cette année, alors que je vous avais déjà écrit à ce sujet pour vous informer qu'en telles circonstances, ce serait deux journées perdues.
C'est ça, le but de votre City Management ??? et vous n'écoutez donc pas les remarques que l'on vous adresse ?? vous êtes seuls habilités, les membres du Conseil de Fondation, à décider ce qui est bien pour nous ?????? Je contacterai prochainement mon collègue Metzger, l'un de vos partisans, pour connaître son opinion à ce sujet, mais je doute que ce projet lui fasse plaisir.
 
salutations,
 
                                                                                      Christian Châtelain