Madame,
 
Je vous remercie pour votre courrier qui a retenu toute mon attention.
 
La question du litige financier résultant du projet City management est effectivement compliquée. Je comprends parfaitement les réticences des commerçants ayant recourus contre cette taxe à s'acquitter des sommes demandées, compte tenu des erreurs reconnues par la Municipalité et de l'éloignement temporel toujours plus grand avec les événements.
 
Pour ma part, je pense que la situation doit être résolue sur un strict principe d'égalité de traitement entre les commerçants - ceux ayant de bonne foi payé la taxe, et ceux ayants recourus. Dès lors, au vu de la situation je vois deux issues possibles:
 
- la Ville rétrocède les montants perçus aux commerçants ayant payé la taxe, et libère les autres du réglement rétroactif. Le problème ici est que ceci se ferait à fonds perdu par la ville, compte tenu que les taxes perçues n'ont pas été capitalisées mais ont effectivement servi à financer des activités entre 2007 et 2009;
 
- les commerçants ayant fait recours acceptent d'engager une somme correspondante à celle demandée pour créer une animation de leur choix en faveur du commerce à Lausanne (mise en valeur d'un quartier, kermesse à l'occasion d'une fête populaire, etc.). Ceci pourrait passer par une association ou fondation créées par elles, et prendre la forme d'un ou plusieurs événements.
 
J'ai pour ma part une préférence pour la 2e possibilité. Cette option originale démontrerait en effet que les commerçants ayant fait recours n'ont pas agi par absence de solidarité vis-à-vis de la promotion du commerce à Lausanne, mais bien par septicisme envers le modèle proposé. Elle prendrait acte de l'absurdité d'un financement a posteriori de la fondation City management, tout en garantissant l'égalité de traitement entre tous et la promesse d'événements portés par les commerçants eux-mêmes en faveur du dynamisme de notre ville.
 
En espérant avoir ainsi répondu à votre question, et avec mes meilleures salutations,
 
Axel Marion
Candidat PDC à la Municipalité